Chinook me rejoint

Emotion pure

Ce que je racontais dans le billet consacré à ma dernière visite à Chinook, je l’ai revécu ce samedi de manière encore plus immédiate.

Journée fraîche après le retour du gel et une fin d’avril exceptionnellement glaciale, mais le ciel est grand bleu et le soleil tente de réchauffer les courants qui brisent de ci de là. Le troupeau est au pré bien sûr, le groupe des tout jeunes poulains et de leurs ‘éducateurs’ assez proche du portail et au loin, derrière le terrain qui redescend se devinent les croupes des plus âgés.

La bise ne souffle pas en ma faveur pour appeler Chinook. Elle renvoie ma voix dans mon dos. Du coup, je préfère m’approcher (je suis encore à plus de 50 mètres du groupe de Chinook) en silence en attendant de voir lequel va me voir en premier et quand Chinook va me repérer. C’est ce moment-là que je choisis pour m’arrêter et l’appeler. Il relève la tête, renifle encore une fois le sol et l’herbe à ses pieds, se redresse et entame une marche toute douce et toute détendue dans ma direction. Je m’accroupis et je le regarde me rejoindre.

Chinook me rejoint

Commentaires bienvenus !