La colonne vertébrale du centaure

A la Nouvelle Lune, Soleil et Lune se confondent… La Lune puise au Soleil ce qu’elle intégrera, émanera et manifestera durant les 29 jours suivants. Elle puise, elle se ressource, elle va à la source. Animus et Anima se rejoignent et forment ensemble une entité, un TOUT, une complétude. Ils circulent le long de la colonne vertébrale, fusionnent et se dirigent. Ils s’insufflent l’un l’autre, échange de fluides éthériques.

Cette photo résume à elle seule la raison de ma casquette blanche !!!

Elle me fait entrer dans un espace de silence et de communion avec eux. Je me sens cheval quand j’entre dans un troupeau. Je quitte le monde et je les rejoins.

Là le cheval blanc signale sa force et sa douceur à ma colonne vertébrale, à la verticalité qui est mienne et qui, alliée à son horizontalité ailée, forme ma croix ! Croix de complétude et de réalisation, la croix de mon H-être.

J’ai écrit les lignes précédentes vers 14h, puis j’ai continué la lecture d’un livre emprunté à Nicole il y a déjà bien longtemps et que j’ai repris hier soir … Le Tao du Cheval, Chapitre 1.

Extraits…

C’est l’histoire d’une femme et de son cheval; à première vue, cela fait un peu cliché. Après tout, beaucoup de jeunes adolescentes deviennent de vraies fans des chevaux, en alignant sur les étagères de leur chambre des figurines des différentes races de chevaux ou en réclamant à leurs parents des leçons d’équitation. Pour la plupart, l’obsession se renforce avec l’âge. (…) Pour une femme, l’équitation représente souvent quelque chose de plus profond qu’un sport ou un passe-temps favori. Parmi toutes les photos qui ornent son bureau, il y en aura inévitablement au moins une de son partenaire à quatre jambes et lorsqu’elle trouve le bon entraîneur, elle en parle souvent avec la révérence accordée à un gourou. Une sensation de douce extase entoure chaque cavalière et sa monture, comme si une partie perdue d’elle-même ressuscitait lorsqu’elle galopait sur les sentiers, comme si tous les siècles au cours desquels les hommes sont partis en guerre sur des coursiers bien préparés semblaient dérisoires face à ce simple moment de compréhension entre une adolescente et sa première jument baie.

J’en suis venue à réaliser que les femmes et les chevaux sont pleinement capables d’élaborer de nouveaux mythes pour le futur, basés non pas sur la conquête et la domination mais sur l’harmonie et la collaboration. Les modes d’interaction véritablement féminins ne peuvent que mettre à jour les artefacts d’expériences enfouies sous les idées préconçues de notre monde mécanique, preuve d’un temps où les chevaux enseignaient aux humains et où ils étaient respectés pour leur sagesse naturelle. Certains de ces trésors sont physiques ou émotionnels, comme cette union sensuelle de la force et de la douceur à fleur de peau, comme ce fleurissement de clarté et de sérénité qui se libère lorsque le fait de contrôle une créature de cinq cent kilos passe par l’esprit et non par le muscle, comme cette lueur d’espoir qui naît lorsque nous comprenons que ceux qui vient en tant que proies sont tout à fait capables de se montrer plus malins que ceux qui vivent en tant que prédateurs. Certains de ces trésors ne peuvent être conçus que comme spirituels, comme la disparition de la séparation entre l’esprit et le muscle ou la promesse de voir le lion se tenir près de l’agneau au paradis – à moins que ce ne soit près de la jument ?

(…)

Commentaires bienvenus !